Relique balbutiée de l’air

« Entailles
sur la croûte du champ —
dans le jour qui nous suit,
où tu as vu la terre
presque se reproduire : les sillons
l’un après l’autre se sont fermés,
et pour ce plus-de-vie, t’ont rançonné
contre le murmure avide des faucilles…
Rien,
même aujourd’hui, ne changera.
Épaule contre épaule avec la poussière,
avant la lame, et au-delà
de la haute herbe sèche
qui vire avec toi,
tu es la relique balbutiée de l’air. »

Paul Auster

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Retravaillé, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s