Prendre corps

« Je te flore

tu me faune

je te peau

je te porte

et te fenêtre

tu m’os

tu m’océan…

je te clé d’or

je t’extraordinaire…

je te clavecin

tu me silencieusement

tu me miroir…

tu m’oiseau…

tu me nuage

tu me marée haute

je te transparente

tu me pénombre

tu me translucide…

je t’équinoxe

je te poète…

je te particulier…

tu me visible…

tu m’infiniment…

nous nous aujourd’hui même…

je t’aime…

je te navigue…

je t’écris. »

Ghérasim Luca

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Prendre corps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s