L’herbe des champs et celle des jardins

« Il y a le temps des horloges, celui du village, celui qui passe depuis la disparition de ma mère et qui peut se compter. Et puis il y a l’autre temps, celui que personne ne voit, un temps où les morts et les vivants sont comme l’herbe des champs et celle du jardin, semblables et différentes. »

Jeanne Benameur

Cet article a été publié dans Extraits, Roman, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s