Chaque chose veillait

« Le sel dans la cupule en buis
gardait le secret des cristaux.
Une sombre robe
et de soleil gorgée
conservait un suc léger
d’avoir frôlé les fleurs.
L’orage grondait.
Chaque chose veillait et travaillait
pour sauver son éternité. »

Jean Follain

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s