Au creuset de toi

à Philippe Jaccottet

« Le soleil serait de l’ombre

Le taillis de cris d’oiseaux serait de l’ombre

La feuille déchirée en deux visages serait de l’ombre

Le libre foisonnement des arbres serait de l’ombre

Le pas paisible sur le sentier éclaboussé de clarté serait de l’ombre

Le geste de la main au front de sueur serait de l’ombre

La silhouette s’éloignant au tournant d’un rire serait de l’ombre

La promenade à rebours du temps serait de l’ombre

La phrase bourgeonnante serait de l’ombre

Comme tout cela qui coule de la lumière

Et qui, au creuset de toi, vient fondre. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s