Terrain d’entente

« Le vent hurle

Le vent murmure crie chasse souffle

Le vent renverse fourrage fouille fouette

Le vent mord caresse

Toujours pour parler du vent

Tu ramènes les choses à ta mesure

Bien sûr tu ne parles pas du vent

Mais de toi

Au mieux d’un rapport

D’une analogie

Mais qu’en est-il du vent hors langage ?

Quel est le véritable langage du vent ?

A-t-il un langage ?

Porte-t-il des non-dits ?

Fait-il au fond quelque chose, le vent ?

A-t-il même un nom ?

Pourrais-tu l’atteindre phénoménologiquement ?

Pourrais-tu être le vent

Et comme lui traverser le monde ?

Y a-t-il lorsque tu écris

Le possible d’un langage hors langage ?

Cela ressemblerait-il au silence ?

Et si le vent devait te dire, serait-ce aussi à l’aune de son regard,

Le ferait-il mieux que toi-même ?

Y a-t-il un véritable terrain d’entente ? »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s