Fermé pour cause de…

« J’écris
parfois sur mes paupières
fermé pour cause de rêve.

J’écris
parfois sur mes lèvres
fermé pour cause d’ennui.

J’écris
parfois sur mes mains
fermé pour cause de guerre.

J’écris
souvent sur ma boutique
fermé pour cause de poésie.

J’écris
parfois sur ma poitrine
fermé pour cause d’amour. »

Gérard Le Gouic

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s