L’œil s’aiguise

« Notre terrasse est vaste et le haut pan du mur 

Où ma chaise s’appuie y monte un peu la garde…

Une fois là-haut, au vent l’inquiétude. 

Tôt l’oubli de l’instant tombe torrentiel. 

Notre fleuve est au bas et, de mon altitude,

Je vois s’en aller tant de libres paquebots, 

Par le tournant lointain, vers la mer désirée, 

Que l’opulent départ crie en moi de nouveau 

Et que je me sens plus seule et plus altérée. 

Un avion s’amuse à scruter nos contours, 

Son moteur ronfle et c’est comme une immense abeille 

Qui cherche dans l’azur l’unique fleur vermeille. 

Et longtemps l’œil s’aiguise à suivre son parcours. »

Simone Routier

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s