L’acte de ton poème

« L’homme s’assoit et observe, c’est la posture de l’être. Tout d’abord il ne voit que sable immobile, dune immuable : les plantations d’un soleil, l’annonce. Puis nait un muscle, un son, deux sons, trois, un rythme sourd et lent mais robuste. Il sent, presque à ses pieds, le sable se soulever, se bossuer, couler lentement autour de deux mains agiles. Le son alors imite sa voix… Rapidement apparaissent les bras, une chevelure brune et fournie, un visage, un tronc, un corps nu.
– Je suis l’acte de ton poème, dit-il.
– Je suis le sens sacré de ton image, répond l’homme assis.

Ils prennent la posture du regard et deviennent première forme des langages. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s