Mon regard s’en va ailleurs

« Ce sont maintenant les premières heures du printemps
et déjà le jardin nous interpelle.
Je me dis que peut-être il rend grâce…

Ce dont je suis certain,
c’est qu’à cet instant précis où je t’écris,
mon regard s’en va ailleurs,
il s’envole avec l’herbe et avec les oiseaux des haies.
Et il ne reviendra pas de sitôt. »

Yves Namur

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s