Toute page à présent est la première

« Toute page à présent est la dernière.

A mon poème il manquera

l’abeille, l’herbe et le ruisseau.

Et mon roman ne saura retenir

ni les clowns un peu fous

ni les grands personnages.

Les mots, au lieu de donner forme

à la douleur ou à la joie,

ne seront qu’une pauvre matière,

sable ou bitume,

qu’une main lasse viendra effacer.

Les minéraux travailleront

à me rendre anonyme,

je crois pour mon bonheur.

Mais par mégarde une virgule

se changera en arbre :

chêne ou forêt de baobabs.

Toute page à présent est la première. »

Alain Bosquet

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s