Muse du soir

« Dans un jardin, les sons du jeu doux peuvent être entendus,
où les amis se réunissent après le souper.

L’âme aime écouter les contes de fées du magicien blanc.
Le grain que la tondeuse a coupé l’après-midi siffle.
La dure vie est patiemment silencieuse ;
La lanterne de l’étable éclaire les vaches pendant qu’elles dorment. »

Georg Trakl

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s