A tu et à toi avec la transparence

« Simple question de densité
Pour ne pas couler s’unir

Os et poumons
On a les rivets l’étoupe

Et pour lampe le cœur
Et pour soudure les larmes la sanie…

Et tant pis tant mieux
Si l’ensemble se rouille et se cabosse
Il tient il flotte il va

Il est à tu et à toi avec la transparence. »

Jean Rousselot

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s