Lettre d’amour

« Pas facile de formuler ce que tu as changé pour moi…

Je dormais, disons : un serpent masqué parmi les roches noires

Telle une roche noire

Se trouvant au milieu du hiatus blanc de l’hiver…

La première chose que j’ai vue n’était que de l’air

Et ces gouttes prisonnières qui montaient en rosée,

Limpides comme des esprits.

Il y avait alentour beaucoup de pierres compactes et sans aucune expression.

Je ne savais pas du tout quoi penser de cela.

Je brillais, recouverte d’écailles de mica,

Me déroulais pour me déverser tel un fluide

Parmi les pattes d’oiseau et les tiges des plantes.

Je ne me suis pas trompée. Je t’ai reconnue aussitôt.

L’arbre et la pierre scintillaient, ils n’avaient plus d’ombres.

Je me suis déployée. »

Sylvia Plath

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s