Le lointain domaine

« Ta voix qui répandait une douceur sauvage de cascade

(…)

Ce fut comme si le jour et la nuit

Avaient tranché leur nœud pour montrer

Entrouverte

La porte qui unit et sépare la lumière et l’ombre

Et comme si par l’ouverture était apparu le lointain domaine

Que l’homme cherche en piquant la pierre, l’ombre, le vide. »

Pablo Neruda

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s