Juste souci du peu qui s’ouvre

« J’ai laissé les murs et les jardins s’accomplir dans la lumière des matins.
On venait sans rien dire s’abreuver de
beauté.
Les mains et leurs poèmes.
Le juste souci du peu qui s’ouvre.
L’enfance.

On ne sait presque rien. On approche. C’est tout. La pudeur fait le reste.
Parfois, on ne lève que la poussière du jour. Ses reliefs et ses ombres. »

Philippe Leuckx

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s