Ma voix, ta voix

« La branche jaillit. Le chemin secret des eaux voit le jour. Moi le ciel, toi la terre, moi le sable, toi le ruisseau, moi les reins, toi l’abondance, avec en plus la rencontre du temps prédestiné, moi l’histoire, toi l’événement, mêlés, roulés, confondus, essoufflés, perdus. Moi la silice, toi le grain d’eau, moi le chagrin, toi le repos, les jours, les nuits, leur alternance. Une branche verdit qui nous unit d’un seul élan, toi la sève, moi l’écorce, toi le bourgeon, moi la feuille. Le sang qui est amour a coulé au long des berges de la mémoire… je te souris et tu m’enchantes, je t’enlace et tu me prolonges sur le grondement même des eaux. Le temps fleurit en ses racines profondes. Il règne ici l’odeur et la fragrance du jasmin. Toi la douceur, moi le regard, toi la narine, moi la tempe. Ma voix, ta voix. »

Jean Malrieu

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s