A l'aube d'une voix

« Et n’avoir pas été
Ou si peu
Si peu que cet instant ténu d’un pur amour
Que la rencontre d’un regard

N’avoir été que ce souffle entre deux eaux
Ce lent murmure à l’aube d’une voix
Dans la quête insensée du sens. »

Guy Allix

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s