La chose naît d'elle-même

« Quand je peins un arbre, je deviens arbre,
Quand je peins l’eau, je deviens l’eau,
Quand je peins une tectonique,
Une tellurique de la montagne,
Je deviens tectonique,
Et la chose naît d’elle-même,
Je la vis intensément avec mon cœur,
Et elle apparaît, par moment,
De manière abstraite, de cette manière-là…
Il n’y a que le silence qui permet ça. »

Fabienne Verdier

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s