Soleil enfin moins timoré

« Soleil enfin moins timoré, soleil croissant,
ressoude-moi ce cœur…

Ce mois de février est celui où tu te redresses
très lentement comme un lutteur jeté à terre
et qui va l’emporter –
soulève-moi sur tes épaules,
lave-moi de nouveau les yeux, que je m’éveille,
arrache-moi de terre, que je n’en mâche pas
avant le temps…

Je ne peux plus parler qu’à travers ces fragments pareils
à des pierres qu’il faut soulever avec leur part d’ombre. »

Philippe Jaccottet

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s