Dans la fascination et la solitude de l’absence de temps

« Il n’y a pas de circonstances favorables. Même si l’on donne tout son temps à l’exigence de l’œuvre, tout n’est pas encore assez, car il ne s’agit pas de consacrer le temps au travail, de passer son temps à écrire, mais de passer dans un autre temps où l’on entre dans la fascination et la solitude de l’absence de temps. »

Maurice Blanchot

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s