Tourbillons

« Dans ton corps,
À chaque instant,

Des milliards
De tourbillons

Pas plus fous
Que ceux d’alentour.

Tu ne peux pas croire
Que tous ces tourbillons

Ne signifient pas
Qu’il faut avancer.

Tu sais bien
Qu’ils nous interrogent. »

Eugène Guillevic

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s