Statuts de l’homme

« Il est décrété qu’à partir de cet instant,
il y aura des tournesols à toutes les fenêtres
et que les tournesols auront le droit
de s’ouvrir dans l’ombre,
et que les fenêtres doivent rester, toute la journée,
ouvertes sur le vert où grandit l’espérance…

Le loup et l’agneau paîtront ensemble
et ce qu’ils mangeront aura le même goût d’aurore…

II est décrété que la plus grande douleur
a toujours été et sera toujours
de ne pas pouvoir donner son amour à qui l’on aime
parce que c’est l’eau
qui donne à la plante le miracle de la fleur.

II est permis que le pain de chaque jour
ait pour l’homme la marque de la sueur.
Mais qu’il ait surtout, et toujours,
la chaude saveur de la tendresse…

Il est décrété, par définition,
que l’homme est un animal qui aime,
et c’est pour cela qu’il est beau,
beaucoup plus beau que l’étoile du matin.

Nous décrétons que rien ne sera ni obligatoire ni interdit.
Tout sera permis.
Et surtout de jouer avec les rhinocéros
et de se promener par un bel après-midi
avec un immense bégonia à la boutonnière…

A partir de cet instant
la liberté sera quelque chose de vivant et transparent
comme un feu, comme un fleuve,
ou comme la semence du blé,
et sa demeure sera toujours
le cœur de l’homme. »

Thiago De Mello

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s