Debout

« Debout sur le sol de toi-même

Debout sur le sol de ton ombre

Debout dans le noir illuné

Par la veilleuse profonde

L’arrière-mémoire

Debout dans ton reflet qui fuit

La main du lieu et la main du temps en prière

Avec, pour tout dieu, un mur écroulé, un passage, une tache de soleil

Le bol de ta tête rempli d’une eau gelée

Que les oiseaux assoiffés viendront fendre de leur bec et de tant d’espoir. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s