Au fond de l’apparence

« Moi je porte en écho le silence.
Tout est au fond de l’apparence
Et murmure sans fin sous la dalle du froid…
Le bleu du ciel immédiat
Sous le passage de l’oiseau,
L’interrogation visible de l’absence,
La richesse inouïe
De la proximité de tout commencement
Font à nouveau ce lieu possible. »

Pierre Torreilles

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s