Habité par une multitude muette

« Était-ce hier ou dans un temps lointain ?

La vibration de l’air à peine on l’entendait
C’était le cri de l’alouette invisible

J’étais seul, habité par une multitude muette…

Dans cette large plaine coulait sans doute un fleuve
et au-delà pâlissaient les montagnes mais on ne les voyait pas

Le reflet de ma peine
identique à ma joie…

Quelqu’un passa, ou quelque chose
Qui est là ? — demandai-je

Nul ne répondit
Mais une feuille tomba

et le rideau s’entrouvrit
sur le paisible abîme de mes jours. »

Jean Tardieu

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s