Ce noyé du soleil

« Je vis, les mains tendues…

Je vis. J’aimerais dire :
Ses mots, ma fête
Ses yeux, ma prairie blanche

Mais je perds cœur et je suis
Ce noyé du soleil
Que le courant défait. »

Claude de Burine

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s