Comme l'eau

« D’incessantes mutations
nous poussent ailleurs, hors de notre coquille.
Nous sommes expulsés de nos berceaux
sans avoir le temps de nous en étonner…
Nous nous donnons au temps ; en silence
et sans bruit fondent en nous les neiges d’antan.

Nous voilà donc comme l’eau près des digues :
elle ondoie, éclabousse… Mais sa forme,
c’est le rivage qui la dessine. »

Milan Rúfus

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s