Homme de main

« Tu as le droit de ne pas dormir

De dévêtir la nuit

De remonter le courant de son corps

D’ouvrir l’espace aux mille visages et aux analogies

D’inventer des voix pour parler à l’arbre, à la mer, au désert

De brouter les herbes futures

De laisser se réveiller les odeurs de terre mouillée sous ta main

De jouer avec le chien revenu joyeusement de sa mort

De devenir l’homme de main d’un poème. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s