L’envers de l’envers

« Il conviendrait
que l’homme retourne ses mots,
les regards qui s’effrangent au vent,
l’histoire de ses jours incolores,
les portes du silence,
le semblant de pensée dont il se targue
et l’inconduite obstinée de sa mort.

Et lorsque tout sera à l’envers
faire se retourner l’envers,
pour voir s’il découvre alors sa figure,
la figure d’homme qu’il n’a jamais rencontrée.

Parce que l’envers de l’envers n’est pas l’endroit. »

Roberto Juarroz

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Retravaillé, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s