Notre sentier

« Notre sentier près du ruisseau
est déchiré par les labours
Si tu venais, dis-moi le jour,
je t’attendrai sous le bouleau

Les nids sont vides et décousus
Le vent du nord chasse les feuilles
Les alouettes ne volent plus,
ne dansent plus les écureuils
Même les pas de tes sabots
sont agrandis en flaques d’eau

Notre sentier près du ruisseau
est déchiré par les labours
Si tu venais, fixe le jour,
je t’attendrai sous le bouleau

J’ai réparé un nid d’oiseau,
je l’ai cousu de feuilles mortes
Mais si tu vois sur tous les clos,
les rendez-vous de noirs corbeaux
Vas-tu jeter en flaques d’eau,
tes souvenirs et tes sabots? »

 Félix Leclerc

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s