Cela ressemble à un secret

« Quand la nuit n’est qu’une lie
et que le regard n’ausculte que l’abîme,
quel bonheur – je suis sûr de ce mot – de se hisser hors de la margelle !
Les mains meurtries touchent l’huile du jour, le visage s’élance plus léger que les jambes.

Est-ce l’innocence du matin ? La grâce d’un fruit cueilli ?
Je ne sais, je ne saurai jamais.
Mon cœur bat dans un homme étonné de se savoir en vie.

Cela ressemble à un secret. »

Gaston Puel

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s