Tous nos mots sont remplis de silence

« Comme une blessure au cœur de la mémoire

un secret perdu soudainement retrouvé.

La vie nous rompt le cœur et nous ouvre au hasard.

Nous sommes si nus dans la lumière,

si pauvres et tant reclus.

Le soleil est un songe au fond des mains,

un peu de cendre éclose visitée par la mer.

Matins muets de nos enfances en ruines,

quel cri nous ouvre l’âme,

quel ailleurs inconnu nous arrive au hasard par des mots retenus

que le vent soudain libère ?

Les yeux rivés sur l’aube, l’oreille tendue de douceur,

nous attendons la naissance au bout de nos refus

avec l’origine comme espérance et la fidélité comme promesse.

Une lettre oubliée sur le bord de l’enfance,

tous nos mots sont remplis de silence

comme la rumeur au fond de la conque

avant d’éclore en chant dans l’oreille attentive. »

Jack Kerouac

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s