Tel un enfant forestier

« Trop sûrs de nos moyens nous ne devrions pas dénigrer
mais pressentir le monde,
ne pas le brutaliser ni le certifier,
mais lui marquer que nous lui sommes attentifs, et sans l’avoir insidieusement sollicité.
Nous garderions vers l’intérieur une étoile naine au bord de son nid,
tel un enfant forestier dans la circonférence de son abri. »

René Char

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s