Comme un œil naissant

« Te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose…

Respecte dans la bête un esprit agissant.
Chaque fleur est une âme à la nature éclose,
Un mystère d’amour dans le métal repose :
Tout est sensible…

À la matière même un verbe est attaché…

Et, comme un œil naissant couvert par ses paupières
Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres. »

Gérard de Nerval

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s