Genèse

« Si la terre s’arrêtait de tourner

Si les ailes n’allaient plus jamais se refermer

Si l’homme reprenait l’enfance au premier geste

Le plus clair de son temps

Pour satisfaire l’amour…

Il y aura… les signes blancs de ceux qui dressent les moissons

Le bruit des pas feutrés derrière la cloison

Les sortilèges des mansardes

On parlera de toi

Et beaucoup du retour

Les mains s’aligneront un soir sur le rivage

Le meilleur de nous deux retenu pour longtemps

Déjà je parle aux arbres

Et mes doigts me suffisent…

Et le soc d’une étoile nous ouvre le chemin. »

René Guy Cadou

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s