Je tourne autour de ce poème

« Je tourne autour de ce poème
comme un chien autour d’un pieu
ou plutôt comme – oui plutôt
l’ombre de l’arbre autour de l’arbre

Sans doute il est juste de dire
que ce poème me tient en laisse
Pourtant je lui ressemble trop
et couché quand il est debout
pour ne pas préférer la fable
de l’ombre à l’arbre retenue

Toujours est-il que je m’étrangle
à tirer ainsi sur mes liens
sans très bien savoir
si je suis l’ombre ou le chien
d’un poème
dont il reste à prouver l’existence. »

Serge Wellens

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s