Visiteurs sur papier

« La lumière coule
de la nuit sur mon bureau
j’attends mes visiteurs sur papier

mes quatre enfants
dorsales et caudales les tiennent en bel équilibre
les petites nageoires près du cou vibrent sans cesse
les yeux si doux

dans la mare d’eau saumâtre
maman pétrit l’argile des métaphores

approchez de derrière les dictionnaires et les pages vides
comme j’aime cette petite classe fragile
cette flottille mes quatre poissons approchent
de quoi vous nourrirai-je ?

enfant chéri flanc étroit
laisse-moi te glisser vers le lit de la mer
jusqu’à l’étirement oui comme ça

cela tire un peu mais maman te tient
maman est là…

imperceptibles vous êtes couchés entre sable et rocher
partie du sol
et jamais plus ni pillards ni fuyards
je presse ma bouche contre chaque visage chiffonné…

vous survivrez à la marée. »

Antjie Krog

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s