On dirait qu’on a changé de monde

« Pourquoi ce sentiment de mystère ? Si absurde que cela paraisse, on dirait que quelque chose s’est passé, se passe ou va se passer là, sous les jeunes chênes, et surtout dans ces espèces de clairières tout à fait tranquilles, brillantes de lumière, étrangement brillantes et lointaines. On dirait qu’on a changé de monde sans quitter celui-ci. »

Philippe Jaccottet

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s