Je me sens vivre

« Le long d’un fleuve large et triste

Sur les canaux de la banlieue

Dans la ruelle qui résiste

A l’air qui monte mélodieux

Au fond d’un entrepôt de rêves

Et plus loin encore sur les claies

D’un soleil rouge qui soulève

Un ménage de roitelets

Je me sens vivre je dépare

La pauvreté de cette vie

Je suis riche comme un avare

Qui n’est riche que d’autrui. »

René Guy Cadou

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s