Confluence

« Ici rien ne rime

sinon les pavés des trottoirs

qui glissent vers le Saint-Laurent

Des poèmes jaillissent des murs,

l’essence de la marche trifluvienne,

la folie langagière du Zénob

entre deux bières,

où le monde gravite

pendant dix lunes automnales

tels des fidèles

allant aux vêpres…

Ici tout converge à la parole sensible,

s’accroche, s’agglutine,

charpente l’air humide et froid

qu’improvisent quelques feuilles sèches

de bouleau ou de cèdre. »

Louis Bertholom

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s