Tu agrandis la page

« Tu as des yeux qui s’ouvrent
pour trouver la lumière…
Tu parles aux esprits
et fais mûrir l’enfance
aux joues de pommes rouges.
Tu donnes de l’eau fraîche
au sable du désert…
Tu fais pencher le monde…
Tu agrandis la page. »

Jean-Marc La Frenière

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s