Poème d’enfance

« L’éphémère devint l’éternité…

L’argile de vos mains
le souffle de vos mots
bâtirent des ponts et des échafaudages
construisirent des maisons
inventèrent des passages.

C’était le temps du ciel, de l’arbre et de l’oiseau. »

Sylvestre Clancier

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s