Ta voix, ton art et ses vendanges

« Avoue

Ce corps qui a partout la douceur de tes lèvres…

Avoue

Comment dans un pays de brouillard et de pluies

Ton pas éclabousse de flaques de soleil…

Avoue

D’où vient ta voix, ton art et ses vendanges. »

Jean-Marie de Ronchêne

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s