Dire pour être

« Je deviens le cheval dès que je dis cheval.
Je deviens l’océan dès que je dis eau vive, eau confuse, eau salée.
Mon destin est verbal et je n’occupe aucun espace entre les rives de ma parole…

Je ne m’appartiens plus.
Mon livre s’est ouvert : il faut que j’obéisse aux lois de sa musique. »

Alain Bosquet

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s