La vie rassemble sa multitude

« Un désert au milieu des images fait route sans trace… Chargée de mots comme l’autre de bois, la bouche s’amenuise… Des fantômes de rêves allument quelques feux… Un portail claque sans vent, comme un souvenir. Contre un mur sec, une jonquille perce ses premières dents. Dans ce bric-à-brac vieilli, on dirait que la vie rassemble sa multitude. »

Ile Eniger

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s