Un langage de l’invisible

« Je ne porte la poésie que lorsqu’elle branche les antennes des profondeurs,

c’est-à-dire qu’elle ose une sincérité déconcertante.

La poésie est un langage de l’invisible,

un ressenti qui s’exprime avec le concentré, le peu, le dense.

Le moins pour le plus, elle se retire pour attirer.

C’est une opération à cœur ouvert où le verbe prend corps. »

Juliette Binoche

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s