Cette immense pelote

« La grammaire, évitée (depuis longtemps),
incomprise, mal apprise
— jugée — inutile ; car inutile en effet lorsqu’elle ne sert que des recettes,
inutile lorsque parler ne veut rien dire de vrai.

Une mouche se pose sur la page,
la papier vibre et rebondit — pour autant, est-il vivant ?

Le besoin de peu, l’intime conviction et les fictions obligées :

Comment démêler l’exigence de cette immense pelote qui comme dans un piège fait trébucher ? »

Lionel Marchetti

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s