Ce désir de peu de mots

« Aurore laiteuse, lumière filtrée, toute la nuit il a neigé — le silence matinal, inhabituel, vibre à l’unisson de cette saison haute.

Un goût circule dans la bouche, dans tout le corps.
Un goût animal qui sait qu’une telle transformation du paysage aura une influence…

J’ouvre la fenêtre.

Le froid est là, dehors, face à moi, accompagné de cette formidable bourrasque.

Une ouverture, une faille — un impact absolument clair.

Et ce désir de peu de mots. »

Lionel Marchetti

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s