Des baisers coulés dans les paroles

« Je ne sais plus si c’est ma joie

Si c’est ma peine

Si dimanche commence ou finit la semaine…

On parle de l’amour

Et toujours sans savoir

Les mots s’envolent

Il y a des baisers coulés dans les paroles

Des larmes sur la main

Un grand ciel de printemps au fond du lendemain

Un grand soleil

La nuit mon cœur qui bat trop fort

Et me réveille

Les ailes des oiseaux sur la gorge du vent. »

Jean Bouhier

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s